top of page

LA VULNERABILITE, SOURCE DE SINGULARITE


Comment faire de ma faiblesse une singularité ? 


En tant que créateur, vous vous êtes certainement posé cette question. C'est même l'une de vos forces, transformer toute nécessité en identité. 


Peut-être dites-vous "je suis un outsider dans l'industrie", "je suis un roc pour mon équipe", "je suis un visionnaire qui trace sa route".


Si vous avez trouvé une telle réponse, vous êtes aussi "un résilient" qui a su donner un sens à son parcours.


Mais lorsque vous œuvrez sérieusement et quotidiennement, il arrive un moment où être résilient ne suffit plus. Parce que ça enferme dans une image projetée qu'il nous faut défendre coûte que coûte pour ne pas perdre la face. Ce turning point, on le sent. 


C'est le moment de déposer les armes. 


D'écouter derrière l'outsider, l'homme qui n'est jamais à la hauteur. Derrière le roc, celui qui a été abandonné. Derrière le visionnaire, la Cassandre fatiguée que personne n'écoute.


De déposer les larmes. 


Pour reconnaître sa vulnérabilité. Accueillir la tension, la rébellion, l'épuisement. S'en remettre au corps qui se détend. Aux sens qui se réaniment après l'atrophie. A l'inspiration cherche à circuler.


Quand le scénariste Michel Audiard reprend l'adage "Bienheureux les fêlés car ils laissent passer la lumière", il fait référence aux fous-dingues. 

Mais pour moi, il évoque aussi celles et ceux qui ont le courage d'écouter leur cœur brisé. 


Sans chercher à le réparer. Sans se victimiser. Sans l'utiliser pour manipuler. 


Juste se laisser traverser. 


Et ne garder que la trace de ce qui a été touché. 


Car ici est la véritable singularité. 


Ici, il n'est plus question de l'inspiration assistée ou des tendances du marché. 

Il n'y a plus que ce qui vous émeut profondément. 

La source de votre expression, de vos créations, de votre leadership.

Alors faites que cette connexion ne soit jamais perdue. 


Et au besoin, appelez moi ;-)


0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page